Mi septembre, la rentrée scolaire commence à être loin derrière, l'heure est donc à la rentrée sportive.
Exit le foot pour Mon Grand: changements d'horaires impossibles à tenir pour nous, week-end systématiquement plombés par les (trop) nombreux match et motivation pas spécialement évidente de la part du petit gars.

Oui mais quoi donc lui faire faire alors? La natation aurait été un choix apprécié, seulement trouver une place libre en cette période tient de l'exploi, et la question des horaires reste problématique. Un sport de combat peut être? oui sans plus, il a déjà testé.
L'idée est venue de Belle-Maman "Et pourquoi ne pas l'inscrire au club de roller?"
Hum... peut être parce que j'ignorais totalement l'existence d'un tel club dans le coin?

Après renseignements, il s'averait que la journée d'ouverture/inscriptions était justement samedi, petit bonus: mon bonhomme est partant pour que je l'accompagne: il est encore dans l'age ou se traîner avec sa maman ne le met pas dans une position trop (je t'expliquerai le "trop" un peu plus bas) embarrassante, je profiterais donc avec plaisir de ce temps privilégié à deux (oui enfin... deux plus les autres membres du club).

Mon Grand s'est éclaté et ce dans tous les sens du terme: de nombreuses gamelles sont venues ponctuées ses courses et premières acrobaties, mais toujours avec le sourire et la joie de se donner à fond.
Ce fut d'ailleurs l'occasion pour moi de constater à quel point il avait progressé: nos courses poursuites me deviennent plus fatiguantes, le moustique commence à tenir l'allure!
Nous nous sommes tous deux défoulés (en même temps c'était le but), et mon morveux s'est même offert le luxe de se payer ma tête durant les presque trois heures de pratique, en effet: "Même celui qui ne sait pas patiner et se tient à un chariot de supermarché pour avancer est moins ridicule que toi Mam'!"
Et là tu te dis bon sang mais elle est si mauvaise que ça?
Non non... j'ignorais simplement que le port du casque était obligatoire. J'ai donc bénéficié d'un aimable prêt du club. Après moultes essayages, force a été de constater que le seul casque voulant bien tenir sur ma foutue caboche était un casque junior.
Je peux donc te confirmer que non, le ridicule ne tue pas. Si cela était le cas, je pense que les trois heures passées à rouler affublée d'un magnifique casque Winnie l'Ourson m'auraient été fatales.
Ceci-dit le temps m'a semblé long.