Aujourd'hui parlons d'un sujet grave (mouarf, cela changera du dernier article). Aujourd'hui parlons de ce virus ô combien terrible qui reste encore bien mystérieux pour la science moderne: la grippe d'homme.
Je te sens frémir à sa seule évocation. Tremble lecteur, tu as de quoi.
De mémoire d'homme, elle n'a d'égal nul fléau: une grippe d'homme c'est presque foudroyant, cela te sèche un grand gaillard en deux jours à peine.

Les premiers symptômes sont révélateurs: une gorge qui picotte, un nez qui coule... et la grippe d'homme s'installe.

Prenons un exemple concrêt (bah oui temps qu'à faire): l'Homme (le mien) malade.
Question d'amour propre, il va lutter, voir même nier l'infection. Oh bien sur il laissera échapper quelques plaintes mais se ravisera bien vite face à mon regard déjà moqueur. Il va résister quelques temps, difficilement et au prix de gros efforts. Un jour peut être, deux maximum.
Puis je le verrais venir avec son petit air de chien battu et ses yeux brillants...

"- Dis... t'es sure que je d'ai pas de fièvre?" me demandera-t-il en me tendant son front (oui, SON FRONT, je prends la température avec un bisou sur le front moi, tu t'attendais à quoi sérieux?)
- Non non, pas plus qu'il y a cinq minutes
- Hub... je be sens brulant pourtant, tu de veux pas revérifier? un dautre bisous?"

Oui parce qu'en plus de lui faire frôler la mort, la grippe d'homme rendrait presque l'Homme câlin. Et si tu connais l'Homme (le mien toujours), tu sais que c'est pour le moins... déroutant. C'est pas le genre, enfin si, mais pas franchement la journée. Mais la grippe d'homme en fait un enfant (un autre!) à materner. Le voici donc qui se blotti, cherche ma main, pose sa tête sur mon épaule (imagine le choc).

Pis le problème, c'est que la grippe d'homme, en plus, c'est contagieux...

"Maman... j'ai la gorge qui picotte..."