J'avoue, Noël cette année ne me transcende pas. Non que je n'aime pas les fêtes de fin d'année, mais n'ayant pas trop eu le temps de m'en préoccuper, l'Homme a géré la partie cadeaux (merci le web) toussa toussa... et la magie de Noël tarde quelques peu à m'envahir.

Te dire... le sapin qui habituellement trône dans le séjour début décembre vient tout juste de prendre possession des lieux.
Belle-maman si tu me lis (oui ici je te tutoie, non n'insiste pas je ne le ferais pas en vrai), j'ai ENFIN décoré le sapin.

A savoir que Belle-maman, c'est Madame Sapin de Noël, elle y met tout son cœur dans son bel arbe et blêmissait chaque jour un peu plus de savoir que je n'avais toujours rien décoré. Petit air réprobateur, secouage de tête, mains sur les hanches: "Teu Teu Teu ma grande* tu n'as toujours pas fait ton sapin?! Ettttttttttttttttttt non."

Il a bien fallut que je m'y colle, de préférence mercredi avec les trois marmots dans les pattes. Et finalement c'était plutôt chouette de les voir sauter comme une équipe de rugbyman qui ferait des pogos danser sur un air de noël. De plus les deux grands ont déballé les cartons de déco dans toute la maison fait leur part de boulot, disposant par exemple les sujets de la crèche au gré de leurs envies (sous le canapé, dans l'escalier et tout autour de la cage des bestioles).
Si tu te demandes pourquoi donc faisons-nous encore une crèche alors que les bondieuseries ne sont vraiment pas notre truc, et bien je ne sais pas, l'habitude?
Cela a toutefois l'utilité d'être un certain support historique (mouarf!) à ce qu'est censé être Noël et permet la transmission fraternelle de ce savoir:

"Tu vois lui là, le bébé, c'est Jésus Crime, il est né le jour du Père-Noël. Mais du coup comme il était trop pénible il a été tué."

En même temps avec un nom pareil.

 

*ne te frotte pas les yeux, je suis "grande" aux yeux de ma belle-mère, si si, véridique.